imprimer la page - page d'accueil avec index

 

la foudre

Page réalisée par Alain HELUWAERT
docteur en médecine, médecin du sport
mise à jour le12/06/2008

Les vastes plans d'eau, les estuaires, la mer sont propices à la foudre. Elle s'annonce par l'installation de cumulo-nimbus.
L'électrisation d'une personne par courant de foudre peut se produire selon quatre mécanismes :
- Coup de foudre direct
Il se produit lorsqu'une personne, debout en contact avec le sol, est sur le trajet du précurseur de l'éclair. Le courant entre par la partie la plus proéminente (le plus souvent la tête) et s'écoule au sol en passant par les membres inférieurs. Notons que le foudroiement d'une personne par l'intermédiaire d'un objet brandi au dessus de la tête comme une pagaie (quelle soit en bois ou en carbone) est un foudroiement par coup direct.
- Coup de foudre par éclair latéral
Ce type d'éclair est responsable du foudroiement des personnes qui s'abritent de l'orage sous un arbre, dans une cabane ou une grotte.
En effet, lorsqu'une personne est sous un arbre qui reçoit un coup de foudre direct, la différence de potentiel entre la partie du tronc située à hauteur de la tête de la personne et la terre s'élève alors suffisamment pour produire un éclair latéral. Le courant ainsi dérivé prend le trajet de moindre résistance représenté par le corps de la personne et s'écoule à travers lui vers la terre.
Certains foudroiements collectifs en plein air sont provoqués par un éclair latéral se propageant d'une personne à une autre située à proximité.
- Coup de foudre par tension de toucher
Il intervient comme mécanisme de foudroiement lorsqu'une personne touche un objet conducteur lui-même frappé par la foudre (tuyauterie, paroi d' une grotte...). Une quantité considérable de courant peut alors s'écouler par le corps de la victime.
- Coup de foudre par tension de pas
Il a lieu lorsqu'une personne se trouve à proximité d'un impact de foudre au sol. Le courant s'écoule dans la terre où il diffuse autour d'un point d'impact. Du fait de la résistivité électrique du sol, il se crée un gradient de potentiel, ce qui signifie qu'entre deux points proches situés à la surface du sol, va apparaître une différence de potentiel. Si ces points sont les pieds d'une personne, celle-ci va être parcourue par un courant de dérivation et pourra être très fortement commotionnée.

Les effets de la foudre
On évalue une moyenne de 16 morts chaque année en France, ce qui correspond à une incidence annuelle de foudroiement mortel de 0,03 pour 100 000 habitants. Parmi les foudroyés, 20 à 30 % d'entre eux décèdent.
Deux types de manifestations peuvent engager le pronostic vital :
- arrêt circulatoire par asystolie ou par fibrillation ventriculaire, lorsque le courant traverse le coeur ;
- troubles de la conscience et trouble neurovégétatifs par inhibition des structures nerveuses situées sur le trajet du courant : coma profond et arrêt respiratoire immédiat ou retardé, de quelques minutes à quelques heures.
L'accident de fulguration peut également provoquer :
- des brûlures électrothermiques : les masses musculaires et les axes vasculo-nerveux sont particulièrement exposés ; un arc électrique peut jaillir entièrement à l'extérieur du corps, grillant parfois les poils, les cheveux et pouvant faire fondre des objets métalliques portés en surface (collier, fermeture éclair). L'échauffement de la couche d'air comprise entre la peau et les vêtements provoque une violente expansion de cet air, ceci étant la cause de désintégration et d'éjection des vêtements ;
- des paralysies, des accidents vasculaires cérébraux ;
- des ruptures de tympan ;
- des lésions pulmonaires ;
- des fractures osseuses ;
- des lésions rétiniennes et de cataractes à révélation quelquefois tardive ;
- un syndrome de stress post-traumatique parfois très invalidant.

Prévention
Eviter les activités de loisirs de plein-air par temps d'orage.
Etre attentif aux prévisions météo et à la présence de cumulo-nimbus.

En cas d'orage
Lorsque le temps entre éclair et tonnerre est inférieur à cinq secondes, débarquer et se disperser (quelques mètres).
Aux positions allongée ou assise, mieux vaut préférer la position accroupie, pieds joints et mains ne touchant pas le sol, pour éviter qu'il se crée une différence de potentiel entre deux parties du corps en contact avec le sol lors d'un impact proche (foudroiment par effet de pas).Tenez-vous loin des arbres isolés ou de tout objet en hauteur. Évitez les endroits découverts. Choisissez plutôt un boisé où les arbres sont plus courts que ceux avoisinants. Évitez les cabanes en bois.
L'endroit de prédilection pour se mettre à l'abri est l'intérieur d'une construction solide. Une voiture dont le toit est en tôle, dont les fenêtres sont fermées et l'antenne rabattue constitue également un bon refuge.

Références :
Caumon L. : les accidents de fulguration, Thèse médecine, 1998.
Travail disponible en pdf.